Actualités

23 juin 2017 - 25 juin 2017

Sextant à la Parole errante à Montreuil les 23, 24, 25 juin 2017 pour le festival de la CNT


30 juillet 2017 - 30 juillet 2017

le petit salon du livre politique dans les monts d'Arrée, avec la librairie Passages, à Brasparts
Café Librairie Passage
1 place des Monts d'Arrée
29190        BRASPARTS
 


17 novembre 2017 - 19 novembre 2017

Sextant au salon de l'Autre livre du 17 au 19 novembre 2017, espace des Blancs Manteaux, Paris 4e


Recherche














Tourisme, arme de destruction massive
Tourisme, arme de destruction massive

Date de parution : août 2015
ISBN : 978-2-84978-049-7
Format :13 X 20 cm
Rayon : patrimoine, voyage, tourisme, Unesco
176 pages
18 euros €


Plus d'un milliard de touristes voyagent chaque année dans le monde. Mais de quel voyage s'agit-il ? Loin de Nicolas Bouvier ou Blaise Cendras, c’est le tourisme de masse à l’échelle planétaire qui est décrypté dans cet essai. Car notre milieu dans ses dimensions écologiques, culturelles, sociales, humaines, paie un lourd tribut à la « mise en valeur touristique ». Des destinations comme Venise, Bali, l'île de Pâques, sont devenues tellement populaires qu'elles sont aujourd'hui menacées de disparition. Pire, ce que Jean-Paul Loubes intitule l’effet UNESCO, lié au classement au Patrimoine mondial, peut être catastrophique pour la protection des sites. Appuyé par de nombreux exemples, l’ouvrage édifiant de Jean-Paul Loubes nous indique quelques chemins de traverse pour voyager autrement…

 

Anthropologue, architecte et écrivain, Jean-Paul Loubes a enseigné à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Bordeaux et à l’EHESS-Paris. Grand voyageur, spécialiste de la Chine et de l’Asie Centrale, il a publié Traité d’Architecture sauvage, la Route de Samarcande, La Chine et la Ville au XXIè siècle aux éditions du Sextant.


La presse en parle

http://www.contretemps.eu/lectures/%C3%A0-lire-extrait-tourisme-arme-destruction-massive-jean-paul-loubes

  • sud PTT octobre 2016 : "on a lu, on a aimé"
  • Archiscopie : juillet 2016, éditorial.